| Accueil | Le Blog | SommaireBiographie | Bibliographie | Pages lyriquesManuscrits  | Galerie | Traductions
| Anthologie contemporaine  | Pages critiques sur la poésie modernePages critiques sur la prose | Cours et séminaires |

| Le Nouveau Recueil | De l'époque... | Informations | Rechercher | Liens | E.mail   |

 



Jean-Michel Maulpoix portrait par
                              Louis Monnier

Jean-Michel Maulpoix, portrait par Louis Monier


Écrivain, Jean-Michel Maulpoix est principalement l'auteur d'ouvrages en prose "poétique", parmi lesquels Une histoire de bleu, L'Écrivain imaginaire, Domaine public, et Pas sur la neige, publiés au Mercure de France. Son dernier livre, paru en 2022, est un recueil de poèmes en vers : Rue des fleurs. A l'occasion de cette parution, il a reçu pour l'ensemble de son œuvre le Prix Goncourt de la poésie. Il a reçu par ailleurs le Prix Max Jacob, le prix Roger Kowalski, le prix Alain Bosquet et le prix Louis Barthou. Ses ouvrages ont été traduits dans de nombreuses langues.

Jean-Michel Maulpoix a également fait paraître des études critiques sur Henri Michaux, Jacques Réda René Char, Rainer Maria Rilke et Paul Celan, ainsi que des essais généraux de poétique (entre autres : La poésie malgré tout, La poésie comme l'amour, Anatomie d u poète, et Du lyrisme).
Son écriture, où dialoguent sans cesse prose et poésie, se réclame volontiers d'un « lyrisme critique ».

Ancien élève de l’École Normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé des lettres et auteur d'une thèse sur la notion de lyrisme, Jean-Michel Maulpoix a mené, parallèlement à ses travaux d'écrivain, une carrière d'enseignant et de critique. Il a  longtemps collaboré à La Quinzaine littéraire où Maurice Nadeau a accueilli son premier livre, Locturnes, en 1978 (Lettres nouvelles). Jean-Michel Maulpoix est  Professeur émérite à l'Université de  la Sorbonne nouvelle.

Jean-Michel Maulpoix  dirige la revue numérique de littérature et de critique Le Nouveau Recueil.



 Table d'écriture

Un écrivain est une créature imaginaire. On le rêve, on ne le rencontre pas. Il n'existe pas, il fait semblant. Ce n'est guère qu'un nom, une espèce d'image convenue ou de légende tardive, la photographie d'un homme seul fait de plusieurs."

L'écrivain imaginaire, p. 27.